Charte de l'abbaye de Fontenay

Le cloître de l'abbaye cistercienne de Fontenay, fondée en 1119 par Bernard de Clairvaux.
Le cloître de l'abbaye cistercienne de Fontenay, fondée en 1119 par Bernard de Clairvaux.

Die Transkription lautet:

Nos freres Bertholomiers priours deVal-le-Duc et li covanz de ce
leu faisons savoir à-toz cels qui verront ces letres que nos, de la volan
té et l'asantemant dan Thiebaut, abbé de Fontenoy et le covant de ce leu, son
mes antré an la censie d'une maison de Darcé, la quele censie est lour,
ce est à savoir II d.;
Übersetzung:

Nous, frère Barthélémi prieur de Val-le-Duc et le couvent de ce lieu faisons savoir à tous ceux qui verront cette charte que selon la volonté et l'accord du seigneur Thibault, abbé de Fontenay ainsi que du couvent de ce lieu, nous avons perçu le cens [= "sommes entrés en la censive"] d'une maison de Darcay; lequel cens leur appartient et dont le montant équivaut à deux deniers.

On retiendra donc que l'écrit médiéval se caractérise fortement par la variation et nous en donnerons par la suite quelques exemples sur la base du texte à l'étude.

  • Variations graphiques effectives dans ce texte:
    prép. an / en; pro. pers. lour / lor.
    NB: en revanche, la variation observable dans covant / covanz a une origine phonétique. Au contact du morphème flexionnel {s} au cas sujet singulier, la dentale finale /t/ du lexème covant passe à l'affriquée sourde /ts/ notée par le graphème .
  • Variations grapho-phonétiques possibles (autrement dit que l'on aurait pu rencontrer et auxquelles il faudrait penser pour identifier les lexèmes dans les dictionnaires):
    v. antrer / entrer; s. f. volanté / volonté; pro. pers. nos / nous / nus; s. m. leu / lieu; pro. démonstr. cels / ceus; s. m. priours / priors / prieeur / priurs etc.
  • Variations possibles dans la morphologie verbale: l. 3-4 sonmes (P4 ind. présent de estre) connaît aussi les variantes somes / sumes / esmes etc.; l. 6 fust (P3 subj. imp. de estre) var. fuisse; l. 6 puissins (P4 subj. prés. de pooir) puissiens / puissions / poissons etc.; l. 8 fu (P3 ind. passé-simple de estre) var. fut.